If its doesn’t CHALLENGE you It Doesn’t CHANGE you
Convento di San Francesco dei Cospiti

D’Agerola au couvent de San Francesco des Cospiti

ÉDITE

Il existe de nombreux trésors cachés sur la côte amalfitaine, l’un d’eux immergé dans le vert des montagnes et surplombant la mer est présent à Agerola, dans la localité de San Lorenzo .

Isolé sur une falaise du versant sud du mont Murillo , à 630 mètres d’altitude , le couvent de San Francesco dei Cospiti a résisté pendant des siècles . Le couvent a une grande importance historique, paysagère et environnementale. Les ruines, entourées de verdure, occupent le dernier étage d’une forteresse et dominent le Vallone Nocito , qui sépare les habitants de Conca dei Marini et Vettica di Amaldi , et les terrasses qui descendent presque jusqu’à la mer. Depuis une telle terrasse naturelle, la vue s’étend de la côte amalfitaine à la Piana del Sele, aux hauteurs du Cilento et à la Punta Licosa.

Il a été construit sur une corniche de sous-niveau entre les murs abrupts qui descendent de M. Murillo à la gorge de Nocito ; dans un scénario décidément favorable au mysticisme. Même la grotte située dans le mur en amont des ruines (en partie remaniée par l’homme) a dû être un lieu de contemplation ascétique. Aujourd’hui, même le randonneur le plus laïc reste au moins enchanté par la vue d’ici sur Amalfi (qui apparaît tout près en contrebas), Ravello, les Monti del Demanio, Capo d’Orso et le bleu du golfe de Salerne .

Comment aller là

Il est possible d’accéder à ces ruines antiques depuis la place de San Lazzaro, en descendant vers le belvédère et en suivant la rampe de l’ Antica Via Maestra dei Villaggi . De là suivre les escaliers jusqu’à un carrefour à Tovere , ici suivre la montagne sur la gauche en montant le long de la paroi rocheuse jusqu’au plateau de Cospita .

Notre itinéraire – Anneau d’Agerola à San Lazzaro

Nous atteignons le Couvent des Cospiti par une route circulaire partant d’Agerola, Le point de départ est la galerie de la route nationale à Agerola, juste à la sortie où je présente les plaques commémoratives de l’inauguration de la première galerie en 1880 et de la action héroïque de déminage de la galerie Agerolesi lors du débarquement américain en 1943.

De là, empruntez le chemin 367CAI , également connu sous le nom d’ Escalier Longobard . Suivez toute la route de liaison jusqu’à ce que vous atteigniez le chemin principal de l’ Alta Via dei Monti Lattari , chemin 300 CAI , puis continuez jusqu’à ce que vous atteigniez la jonction à l’ Imbarrata à 1039 m. Au carrefour, vous devez continuer vers le sud en direction de Croce di Scupolo , faites très attention à ne pas vous tromper de chemin.

Suivre le chemin de Pontichino jusqu’à Sella di Monte Murillo , le chemin 369CAI commence au carrefour . À partir de là, le chemin devient un peu plus difficile et glissant, il faut donc procéder avec prudence. Pas à pas, vous commencez à voir les ruines du couvent Cospiti sur un rocher surplombant de loin le Vallone Nocito . Le spectacle est extraordinaire et l’envie d’atteindre le couvent ne peut plus grandir.

Vous passez par l’arche de la porte d’entrée et vous atteignez un espace ouvert qui faisait autrefois partie de l’église, maintenant seulement des murs et des ruines, Ce sera un grand désir d’explorer les vestiges et d’atteindre les murs qui donnent sur la vue surplombant la côte , mais il faut procéder avec une extrême prudence pour les terrains accidentels. C’est l’endroit idéal pour une pause repos et rafraîchissement.

Nous continuons vers 369CAI et rencontrons immédiatement les ruines d’une autre chapelle juste sous la crête rocheuse. De là nous continuons à droite pour remonter la paroi rocheuse par tronçon sur rochers, continuer avec prudence ce tronçon de difficulté EEA un peu exposé et glissant. Nous continuons jusqu’à ce que nous atteignions l’ escalier de Santa Lucia et mène finalement à l’ église de Santa Lucia dans la localité de San Lorenzo, un hameau d’Agerola .

Nous continuons vers le centre de San Lazzaro, mais le long de la route, nous faisons un petit détour pour atteindre le château Lauritano et l’une des terrasses les plus panoramiques de la côte amalfitaine. Une fois à San Lazzaro, continuer sur la route goudronnée vers Agerola et les voitures pour fermer le ring.

Le château Lauritano à l’époque était une tour de guet pour permettre à la population de se sauver à l’arrivée des « Turcs », aujourd’hui c’est un lieu du bon coeur, voire excellent, pour toutes les utilisations touristiques et de divertissement. Il tire son nom de la noble famille Lauritano, originaire de Positano, qui avait ses fermes dans la localité de San Lorenzo.

Nous remercions Trekking Cava de nous avoir accompagné pour découvrir ces lieux fantastiques.

Petite histoire du couvent

La construction du couvent remonte au XIe siècle, dans le même quartier où se trouvait auparavant une petite église dédiée au  Saint-Sauveur : le premier document écrit attestant la présence de l’édifice est daté du 1er mai 1092. Le couvent, géré par les frères de l’Ordre Un mendiant des franciscains , il a été construit dans une zone panoramique, à une hauteur de 632 mètres, au sommet d’un éperon rocheux : le nom Cospiti dérive de sa position  . En 1266, le couvent passa sous le patronage de la famille Candido et quelques années plus tard sous celui de la famille Molegnano, qui, en 1380, réalisa d’importants travaux de restauration : à cette époque, le 2 août, le temple était la destination de nombreux pèlerinages pour célébrer la fête de la porziuncola. Près du couvent, il y a aussi un Monte Molegnano qui tire son nom de la famille du même nom.

En 1694, il abritait trois prêtres, un enfant de chœur et trois laïcs ; d’après une description faite en 1693, il ressort que l’ensemble du complexe était composé d’une église, d’un dortoir, d’un réfectoire, d’un cloître et de petites autres structures qui servaient à la vie monastique, comme une grotte, en partie murée, qui servait de un ermitage : cette grotte, appelée grotte de Sisto , car le futur  pape Sixte IV , avant de monter au pontificat, pour échapper aux persécutions, se réfugia dans la grotte, où il vécut pendant deux ans.

Dans certains rapports de 1720, il est certifié que le couvent était encore en activité, mais quelques années plus tard, il commença un lent abandon, comme en témoigne un écrit de l’archevêque  Antonio Puoti du 22 avril 1762, qui indiquait que seuls trois frères vivaient dans le couvent; le coup de grâce fut porté par l’occupation française du royaume de Naples, lorsque fut ordonnée la fermeture de tous les couvents, y compris celui de Cospiti : cependant il semble qu’en 1803 presque tous les moines avaient déjà abandonné le couvent. Les demandes adressées au roi par le  maire d’Agerola, Tommaso Acampora, ont été inutiles, de rouvrir la structure dans les années suivantes et à la suite d’une profanation, qui eut lieu le 14 décembre 1811, le maire décida de transférer toutes les oeuvres d’art et le mobilier du couvent tant à son domicile qu’à l’  église de la Santissima Annunziata : certains objets sont également entrés dans divers musées napolitains; dépouillé de tout bien, toutes les entrées sont murées. En 1820, il sert de caserne, tandis qu’en 1821 le quartier est choisi comme lieu de sépulture des morts lors des épidémies : il est donc définitivement abandonné, étant réduit à l’état de ruine ; aujourd’hui, il est encore possible de voir des vestiges des murs du couvent et de l’église, en particulier dans la zone de l’abside.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :